mardi 18 décembre 2007

[…]

"j'aurais voulu lui parler de mes insomnies, de mes peurs irrationnelles. j'aurais voulu lui raconter comment ce handicap m'interdisait tout espoir d'apaisement : je me mettais dans des états complètement excessifs dès que je ne parvenais pas à [le] joindre au téléphone par exemple, je m'appliquais à exprimer la solennité d'un adieu chaque fois que je disais au revoir à quelqu'un, j'échafaudais en permanence des scénarios catastrophiques à partir d'éléments finalement anodins : un retard, une absence, un regard un peu trop... [Lire la suite]
Posté par dianeenminuscule à 20:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]